Marie-NoëlLE Bélanger-Lésvesque

Marie-Noëlle Bélanger-Lévesque est doctorante en études du religieux contemporain à l’Université de Sherbrooke, où elle travaille en co-direction avec le Centre d’études sur le religieux contemporain et le département d’obstétrique de la Faculté de médecine. Son mémoire de maîtrise (2012) est une exploration sur la naissance d’un enfant comme expérience spirituelle pour le parent. Sa thèse de doctorat pose la question : Quel est l’apport de la spiritualité dans le processus décisionnel entourant l’anesthésie épidurale lors d’un accouchement vaginal?

Publications Mamanzine:

- Récit du deuxième accouchement : http://www.groupemaman.org/fr/mamanzine/mzsommaireseptembre2008.php

- Récits des troisième (Sophiane) et quatrième (Amandine : ANA – siège – déficience physique) accouchements et réflexion sur (ne pas faire) l’échographie : http://www.groupemaman.org/fr/mamanzine/mzsommairejuin2014.php

Publications scientifiques:

That was intense!” Spirituality during Childbirth: a Mixed Method Comparative Study of Mothers’ and Fathers’ Experiences in a Public Hospital". 2016.  BMC Pregnancy and Childbirth. https://bmcpregnancychildbirth.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12884-016-1072-z

"Maternal and Paternal Satisfaction in the Delivery Room: A Cross-Sectional Comparative Study". 2014.  BMJ Open, 4(2). http://bmjopen.bmj.com/content/4/2/e004013

« Le vide spirituel paradoxal en salle de naissance : hypothèse de travail et enjeux méthodologiques ». 2012. Studies in Religion/Sciences religieuses, 41(3); 439–454.

(à venir - soumis pour publication) « L’accouchement comme expérience spirituelle pour le parent : relecture féministe d’un programme de recherche interdisciplinaire »


Conférence : Épidurale et spiritualité : comprendre un phénomène social autrement

La naissance d’un enfant constitue une expérience humaine intense, historiquement entourée de croyances spirituelles et de rituels religieux. Mais qu’en est-il de la spiritualité de la naissance aujourd’hui, dans le contexte de naissance occidental que l’on connaît?  

Après avoir exploré lors de ma maîtrise si la naissance pouvait être une expérience spirituelle pour le parent, j'ai dû constater que les parents ne cessaient de me parler de l'épidurale... J'ai décidé d'en faire la question de ma thèse de doctorat en études du religieux contemporain: "Quel est l'apport de la spiritualité au processus décisionnel menant à l'accouchement vaginal sous anesthésie épidurale?" Il n’est pas question d’y présenter une "hiérarchie de la naissance" où, par exemple, l'accouchement sans épidurale serait le meilleur, mais je veux questionner (avec vous) ce qui a mené à ce phénomène social où le deux-tiers des québécoises (soit le taux le plus élevé au pays) accouchement se passe sous épidurale.

Au moment où j'écris cette description, je suis dans le cœur de l’analyse d’entrevues réalisés auprès de femmes ayant accouché avec mais aussi sans épidurale. J’y constate que bien que l'épidurale soit actuellement décrit dans le milieu médical comme une "méthode de gestion de la douleur", il y a beaucoup plus en jeu derrière cela et bien plus que de simples limites du milieu hospitalier : le "mal-être", notre incapacité sociale a donné du sens à la douleur, comme à la vie/mort, les scénarios-catastrophes…